Revue de sociolinguistique
en ligne

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

 

Université de Rouen

Laboratoire Dysola


N°11
janvier 2008



Sommaire





   glottopol@gmail.com

 

ISSN : 1769-7425

 
  


Insertion scolaire et insertion sociale des nouveaux arrivants
Véronique Castellotti et Emmanuelle Huver

Présentation

Sommaire

Téléchargement des articles
Résumés des articles

Présentation par Véronique Castellotti

Ce numéro de la revue Glottopol a une histoire un peu particulière puisqu'il rassemble, pour l'essentiel, des contributions présentées lors d'une journée d'étude organisée à l'université François Rabelais le 17 novembre 2006, en partenariat avec le CASNAV de l'académie d'Orléans-Tours, auxquelles se sont ajoutés quelques textes complémentaires permettant d'élargir la thématique et de la situer dans une perspective plus internationale. Les débats, discussions, positions proposés tout au long de ce numéro s'inscrivent dans une conception développée au sein de la Jeune Equipe 2449 qui articule, autant que faire se peut, recherche et intervention, pour tenter de mieux construire une réflexion socialement pertinente du point de vue, notamment, des recherches sur l'appropriation des langues.

L'objectif, à travers cette publication, est de réfléchir à la façon dont la société peut faire une place aux personnes venant d'ailleurs, et comment celles-ci peuvent la prendre, c'est-à-dire aux moyens que peut mettre en œuvre la société (et plus particulièrement l'école pour ce qui concerne les enfants) pour se construire avec eux, dans un processus de co-évolution mutuel. On pourrait donc résumer cet objectif au moyen d'une formulation en miroir, ou plutôt en confrontation, qui serait " faire une place / prendre sa place " ; cette expression réfère à la fois à la notion de place sociale et à l'idée d'une nécessaire négociation d'un avenir social commun, à travers une réflexion sur les possibles apports de chacun à la construction collective.

Les textes réunis s'organisent à partir de plusieurs axes thématiques développant chacun une réflexion, au moyen de plusieurs articles complémentaires, sur une dimension de l'insertion des migrants, en particulier des nouveaux arrivants, dans la société française. A ce premier ensemble s'adjoignent des textes proposant un point de vue complémentaire à partir de ce qui peut être observé et analysé dans d'autres contextes migratoires, en Europe et au Canada. Nous avons choisi de partir du plus englobant (la dimension socio-politique), pour aller progressivement vers le plus près des pratiques quotidiennes, à savoir la dimension des usages didactiques, en essayant de proposer quelques ouvertures vers des questionnements plus généraux.

La première partie, qui porte sur la dimension socio politique, constitue donc déjà, en soi, une réflexion interdisciplinaire.
Catherine Wihtol de Wenden s'appuie en effet à la fois sur des aspects historiques, économiques, juridiques et sociaux, pour analyser les politiques d'accueil et d'intégration des migrants en France depuis 30 ans. Elle nous permet ainsi de mieux comprendre l'évolution des représentations sur ces questions et montre comment le débat s'est déplacé, avec une évolution continuelle des termes clés de ce débat.
Hélène Bertheleu se situe aussi au croisement de plusieurs approches pour nous proposer en complément les apports d'une sociologie des relations interethniques ; elle insiste notamment sur l'importance de la dimension socio-historique de la rencontre entre les nouveaux arrivants et les membres de la société qu'ils rejoignent pour analyser le rapport majoritaire/minoritaire, qu'elle décrit au moyen de la construction d'une réciprocité asymétrique, susceptible de conduire à une réflexion plus approfondie sur la production de la différence.

La deuxième partie, avec Gérard Vigner et Marie-Madeleine Bertucci, s'intéresse davantage à la manière dont l'école, d'un point de vue à la fois historique et didactique, propose des modèles institutionnels, linguistiques et méthodologiques pour l'apprentissage de ce qu'il est convenu d'appeler le FLS, même si cette dénomination n'est sans doute pas satisfaisante. Gérard Vigner propose un historique de la construction de ce " français langue seconde ", fruit de l'émergence d'un français de scolarisation, qui s'est imposé aussi bien aux enfants allophones de l'intérieur qu'à ceux des pays colonisés, avant d'être la référence pour les enfants venus d'ailleurs. Cette construction historique explique, du point de vue méthodologique, une proximité entre les approches mobilisées en FLS et celles du " français national scolaire " souvent dénommé à tort " français langue maternelle ". En réponse à ce point de vue fondé sur l'histoire, Marie-Madeleine Bertucci propose, en prolongement, de réfléchir à l'instauration d'une " didactique croisée " entre FLM et FLS, susceptible de faire le lien entre les enfants, qu'ils soient ou non allophones, et les apprentissages, notamment celui, fondamental à l'école, de la littéracie. Après un rappel des textes officiels de référence et de la situation de " crise ", notamment dans l'enseignement secondaire, elle plaide pour une intégration didactique prenant en compte la diversité des publics accueillis et la complexité de leurs rapports aux langues.

Mais prendre sa place, si je continue avec cette expression, c'est aussi se situer en mettant en œuvre des ressources d'ordre langagier, culturel, relationnel. On s'intéressera donc, dans une troisième partie, aux ressources des enfants et, plus généralement, des nouveaux arrivants, à la manière dont elles se racontent d'un point de vue historique et identitaire, et dont elles peuvent être mobilisées dans un processus d'appropriation, avec l'article de Fabienne Leconte et Clara Mortamet, auquel répond le texte de Aude Bretegnier. Fabienne Leconte et Clara Mortamet proposent d'analyser les liens pouvant exister entre certaines formes de cultures d'apprentissages, plus ou moins littératiées, auxquelles ont été exposés les enfants et adolescents, et leurs perspectives d'insertion dans le système éducatif français. Si certaines formes de relations peuvent être observées, il faut toutefois tempérer ces rapprochements au moyen de l'introduction de nombreux autres facteurs, sociaux, psychologiques et éducatifs. Aude Bretegnier, en écho à cette contribution, propose de s'intéresser de manière plus précise aux histoires de langues vécues par les migrants, et de partir de ces histoires, hétérogènes et composites, pour construire des parcours d'insertion prenant en compte la reconstruction des identités sur lesquelles peuvent s'appuyer les sujets pour pouvoir envisager de nouveau d'occuper une place légitime au sein de la société.
A ces deux textes s'ajoute la contribution de Marianne Jacquet, Danièle Moore et Cécile Sabatier, qui s'interrogent sur la manière dont des adultes engagés dans des parcours de mobilité, dans la province canadienne de Colombie britannique, reconfigurent ces parcours de manière réflexive, en interaction avec les chercheures, pour les mobiliser dans des actions de médiation au service des nouveaux arrivants. En transformant leur expérience en savoirs et compétences utiles aux autres, ils construisent une compétence de médiation partagée.

Une quatrième partie réunit deux réflexions consacrées à certaines modalités de l'accueil scolaire des enfants et adolescents nouveaux arrivants. L'article de Christiane Perregaux, Nilima Changkakoti, Valérie Hutter et Myriam Gremion s'intéresse en particulier, après un rappel de l'historique de cet accueil en Suisse, au rôle (double d'un point de vue linguistique) de la scolarisation de l'aîné-e dans des familles migrantes et de ses conséquences pour l'insertion sociale de tous et l'insertion scolaire des autres enfants, comme marque de réussite du projet migratoire. Elles proposent, à la suite de cette analyse, les grandes lignes d'un parcours d'accueil scolaire et familial inclusif, garant d'une " socialisation à la fois plurielle et commune ".
Le texte de Céline Peigné s'intéresse aux adolescents nouveaux arrivants scolarisés en France et s'interroge plus particulièrement sur le rôle des enseignants de plusieurs disciplines dans la construction, ou non, d'une telle dynamique inclusive. Elle pose ainsi la question plus générale de la prise en compte par l'école d'acquis antérieurs ou parallèles des élèves, et plaide pour une intégration de la pluralité dans la constitution des cultures éducatives, permettant à l'école de jouer pleinement son rôle, non seulement dans l'instruction, mais aussi dans l'insertion sociale et identitaire de ces adolescents.

Enfin, dans une cinquième partie, on réfléchira, à partir de quelques propositions d'intervention formulées par Nathalie Auger puis Emmanuelle Huver, aux tentatives de mobilisation, dans les classes, des ressources plurielles de ces enfants, pour mieux envisager leur insertion scolaire. Après avoir rappelé l'importance de représentations dévalorisantes liées aux " langues de migrants ", Nathalie Auger analyse l'intérêt d'un dispositif éducatif fondé sur la comparaison des langues présentes dans la classe, à divers titres, tant d'un point de vue scolaire (bénéfices pour l'avancée dans les apprentissages) que psycho-social, par la mobilisation cognitive et identitaire de ressources interreliées. Emmanuelle Huver prolonge cette réflexion, en introduisant, du point de vue de l'évaluation de la compétence construite dans ces contextes plurilingues, la notion de scénario, susceptible d'aider à construire des parcours scolaires qui s'appuient sur une conception intégrée des expériences langagières. Elle interroge aussi, par là-même, les finalités même de l'évaluation et sa place centrale dans tout dispositif d'insertion, dans la mesure où sa conception répercute, en amont, des orientations qui s'inscrivent dans la même perspective.
Une contribution complémentaire de Gabriele Budach et Helen Bardtenschlager propose une ouverture qui, bien que s'appuyant sur une expérience ne concernant pas stricto sensu des nouveaux arrivants, présente un certain nombre de directions intéressantes, susceptibles d'enrichir la réflexion didactique en direction de ce public. En effet, le dispositif de double immersion dont il est question présente l'avantage de scolariser ensemble des enfants dont les répertoires verbo-culturels sont largement hétérogènes, et de fonder une approche intégrée d'apprentissage bilingue et bilittéracié fondé sur cette hétérogénéité même, en tant que dimension heuristique et propice à l'apprentissage collaboratif.

Notre monde est divers, pluriel, hétérogène, mais de nombreuses personnes et institutions, au premier rang desquelles figure l'école, en particulier en France, fonctionnent encore sur et avec des représentations univoques et monocentrées. A travers la question de l'insertion des nouveaux arrivants c'est, plus généralement, la question de la diversité qui se pose, et de sa prise en compte comme élément constitutif de la société.
Les contributions réunies ici posent ainsi, chacune à leur manière, des jalons pour avancer dans cette perspective, avec l'objectif pluriel de proposer des objectifs et des modalités de scolarisation, d'éducation et, plus largement, de socialisation, de formation et d'accueil qui s'appuient sur une confrontation constructive d'apports historiques, géographiques et sociaux hétérogènes, pour envisager les bases d'un futur commun.
Ces orientations se traduisent notamment, sur le plan sociolinguistique, par le développement pour tous d'une véritable compétence plurilingue et pluriculturelle, opératoire, valorisante et reconnue, en mobilisant des ressources variables et diversifiées qui prennent leur place dans des parcours de mobilité et de co-construction partagée.

Sommaire

Véronique Castellotti : Introduction - Vers la construction d'une école et d'une société plurielles : des notions en débat, des orientations à construire

2

Catherine Wihtol de Wenden : Migration, pluralité, intégration

13

Hélène Bertheleu  : Pour une approche sociologique de l'insertion des nouveaux venus

23

Gérard Vigner  : D'une généalogie à une méthodologie - le fl2 dans les programmes du ministère de l'Education nationale

34

Marie Madeleine Bertucci : Une didactique croisée du français langue maternelle et du français langue seconde en milieu ordinaire pour faciliter l'insertion des nouveaux arrivants

45

Fabienne Leconte, Clara Mortamet : Cultures d'apprentissage et modes d'appropriation des langues chez des adolescents alloglottes

54

Aude Bretegnier : Interroger le sens et les enjeux des projets d'appropriation du français langue d'insertion : ouverture d'un champ de recherches interventions

70

Marianne Jacquet, Danièle Moore et Cécile Sabatier : Médiateurs culturels et insertion de nouveaux arrivants francophones africains : parcours de migration et perception des rôles

81

Christiane Perregaux, Nilima Changkakoti, Valérie Hutter & Myriam Gremion : L'accueil scolaire d'élèves nouvellement arrivés en Suisse : tensions entre séparation et inclusion

95

Céline Peigné : Solliciter pour mieux intégrer ? Stratégies enseignantes et mobilisation du répertoire pluriel d'adolescents nouveaux arrivants

110

Nathalie Auger : Favoriser le plurilinguisme pour aider à l'insertion scolaire et sociale des élèves nouvellement arrivés (ENA)

126

Emmanuelle Huver : De "comparons nos langues" à "mobilisons nos ressources" : approche par scénario et insertion scolaire et sociale des enfants allophones

138
Gabriele Budach et Helen Bardtenschlager : Est-ce que ce n'est pas trop dur ? Enjeux et expériences de l'alphabétisation dans un projet de double immersion
148

Comptes rendus
Philippe Blanchet : Dominique Sumien [dit "Domergue"], 2006, La standardisation pluricentrique de l'occitan, collection "Publications de l'AIEO", Turnhout, Brepols publisher, 501 p., ISBN 978-2-503-51989-0.

Laurence Vignes : Nathalie Auger, 2007, Constructions de l'interculturel dans les manuels de langue, Editions modulaires Européennes, Fernelmont, coll. "Proximités - Didactique", 234 p., ISBN 978-2-930481-29.

Daniel Modard : Nicolas Guichon, 2006, Langues et TICE. Méthodologie de conception multimédia, Paris, Ophrys, coll. Autoformation et enseignement multimédia, 173 p., ISBN 978-2708011557.

Marinette Matthey : Danièle Moore, 2006, Plurilinguismes et école, avec une postface de Daniel Coste, collection LAL (Langues et apprentissage des langues), Paris, Didier, 320 p., ISBN 978-2-278-06078-8.

171

 

182

 

184

 

190

Téléchargement des articles

Aide et conseils pour le téléchargement

Insertion scolaire et insertion sociale des nouveaux arrivants

Téléchargement de l'ensemble du numéro

.pdf

(1007 Ko)

.zip

(924 Ko)

Vers la construction d'une école et d'une société plurielles : des notions en débat, des orientations à construire par Véronique Castellotti

résumé

.pdf

(170 Ko)

.zip

(163 Ko)

Migration, pluralité, intégration par Catherine Wihtol de Wenden

résumé

.pdf

(154 ko)

.zip

(147 Ko)

Pour une approche sociologique de l'insertion des nouveaux venus par Hélène Bertheleu

résumé

.pdf

(163 Ko)

.zip

(156 Ko)

D'une généalogie à une méthodologie - le fl2 dans les programmes du ministère de l'Education nationale par Gérard Vigner

résumé

.pdf

(160 Ko)

.zip

(153 Ko)

Une didactique croisée du français langue maternelle et du français langue seconde en milieu ordinaire pour faciliter l'insertion des nouveaux arrivants par Marie Madeleine Bertucci

résumé

.pdf

(150 Ko)

.zip

(143 Ko)

Cultures d'apprentissage et modes d'appropriation des langues chez des adolescents alloglottes par Fabienne Leconte, Clara Mortamet

résumé

.pdf

(187 Ko)

.zip

(177 Ko)

Interroger le sens et les enjeux des projets d'appropriation du français langue d'insertion : ouverture d'un champ de recherches interventions par Aude Bretegnier

résumé

.pdf

(165 Ko)

.zip

(158 Ko)

Médiateurs culturels et insertion de nouveaux arrivants francophones africains : parcours de migration et perception des rôles par Marianne Jacquet, Danièle Moore et Cécile Sabatier

résumé

.pdf

(218 Ko)

.zip

(207 Ko)

L'accueil scolaire d'élèves nouvellement arrivés en Suisse : tensions entre séparation et inclusion par Christiane Perregaux, Nilima Changkakoti, Valérie Hutter & Myriam Gremion

résumé

.pdf

(181 Ko)

.zip

(172 Ko)

Solliciter pour mieux intégrer ? Stratégies enseignantes et mobilisation du répertoire pluriel d'adolescents nouveaux arrivants par Céline Peigné

résumé

.pdf

(183 Ko)

.zip

(173 Ko)

Favoriser le plurilinguisme pour aider à l'insertion scolaire et sociale des élèves nouvellement arrivés (ENA) par Nathalie Auger

résumé

.pdf

(166 Ko)

.zip

(158 Ko)

De "comparons nos langues" à "mobilisons nos ressources" : approche par scénario et insertion scolaire et sociale des enfants allophones par Emmanuelle Huver

résumé

.pdf

(168 Ko)

.zip

(161 Ko)

Est-ce que ce n'est pas trop dur ? Enjeux et expériences de l'alphabétisation dans un projet de double immersion par Gabriele Budach et Helen Bardtenschlager

résumé

.pdf

(299 Ko)

.zip

(286 Ko)

Comptes rendus

Philippe Blanchet : Dominique Sumien [dit "Domergue"], 2006, La standardisation pluricentrique de l'occitan, collection "Publications de l'AIEO", Turnhout, Brepols publisher, 501 p., ISBN 978-2-503-51989-0.

Laurence Vignes : Nathalie Auger, 2007, Constructions de l'interculturel dans les manuels de langue, Editions modulaires Européennes, Fernelmont, coll. " Proximités - Didactique ", 234 p., ISBN 978-2-930481-29.

Daniel Modard : Nicolas Guichon, 2006, Langues et TICE. Méthodologie de conception multimédia, Paris, Ophrys, coll. Autoformation et enseignement multimédia, 173 p., ISBN 978-2708011557.

Marinette Matthey : Danièle Moore, 2006, Plurilinguismes et école, avec une postface de Daniel Coste, collection LAL (Langues et apprentissage des langues), Paris, Didier, 320 p., ISBN 978-2-278-06078-8.

.pdf

(163 Ko)

.pdf

(124 Ko)

.pdf

(148 Ko)

.pdf

(126 Ko)

.zip

(156 Ko)

.zip

(120 Ko)

.zip

(142 Ko)

.zip

(121 Ko)

Résumés

Vers la construction d'une école et d'une société plurielles : des notions en débat, des orientations à construire par Véronique Castellotti

Cette introduction propose d'interroger les notions en débat pour désigner, penser et intervenir sur les phénomènes liés à l'accueil des nouveaux arrivants au sein de la société française. Si, depuis quelques décennies, le terme d'assimilation est tombé en désuétude, ceux qui l'ont remplacé, comme intégration et insertion notamment, ont fait l'objet de nombreux commentaires et continuent à alimenter les réflexions. De même, dans le champ des langues et de leur appropriation, notamment scolaire, peut-on substituer à l'objectif de maîtrise celui d'une compétence qui prenne en compte les ressources plurielles de tous ?
A travers ce parcours parmi les notions, c'est aussi aux orientations qui les sous-tendent qu'il s'agit de s'intéresser : comment l'école et la société française font-elles ou non une place, et laquelle, aux nouveaux arrivants ? Les réponses à ces questions permettront peut-être d'imaginer un avenir commun au sein de cette société, dans une perspective de construction dynamique et partagée.

Mots clés : Intégration, insertion, nouveaux arrivants, compétence plurilingue et pluriculturelle, français langue seconde.

Télécharger cet article :

format .pdf (170 Ko)

format .zip (163 Ko)

Migration, pluralité, intégration par Catherine Wihtol de Wenden

Alors que les flux migratoires concentrent l'essentiel des préoccupations des politiques publiques et des affrontements politiques, la question du vivre ensemble est plus urgente pour les politiques européennes, tout en étant souvent délaissée dans les faits. Pourtant, face à la globalisation des migrations et à la diversité qui en résulte, le défi posé aux sociétés d'accueil réside davantage dans l'intégration que dans une lutte sans issue contre les flux migratoires. Cet article dresse un état des lieux, définit les concepts et clarifie les enjeux posés dans l'espace européen.

Mots clés : Migration, flux migratoires, pluralité, diversité, intégration, Europe.

Télécharger cet article :

format .pdf (154 Ko)

format .zip (147 Ko)

Pour une approche sociologique de l'insertion des nouveaux venus par Hélène Bertheleu

Une approche sociologique des relations interethniques participe au développement d'une perspective historique, dynamique et relationnelle sur les phénomènes liés aux migrations. Le regard historique permet de comprendre que si les individus sont nouvellement arrivés, leurs interactions avec l'environnement humain local et national actualisent des systèmes de relations historiquement et politiquement construits. L'approche relationnelle et dynamique, étoffée par les travaux de N. Elias et C. Guillaumin, invite à explorer la construction culturelle, mais aussi économique et politique de la "dichotomisation sociale" entre les migrants et ceux qui les "accueillent". Elle rend compte de la manière dont ce rapport contribue à alimenter de part et d'autre la construction de différences hiérarchisantes, tout en alimentant des rhétoriques consensuelles et normatives autour de l'intégration, de la citoyenneté ou de l'égalité.

Mots clés : relations interethniques, rapport majoritaire - minoritaire, frontières ethniques, sociologie, immigration.

Télécharger cet article :

format .pdf (163 Ko)

format .zip (156 Ko)

D'une généalogie à une méthodologie - le fl2 dans les programmes du ministère de l'Education nationale par Gérard Vigner

La question récurrente de l'appartenance méthodologique des apprentissages du français langue seconde tourne souvent au débat académique, dans la mesure où les exigences de cet apprentissage par rapport à son contexte de mise en œuvre, les écoles et les collèges, ne sont pas toujours très précisément prises en considération. Un examen des origines historiques et géographiques de ce domaine de l'enseignement du français permettra de mieux identifier son champ d'appartenance méthodologique.

Mots clés : Français langue seconde, français langue étrangère, français langue de scolarisation, méthodologie, histoire de l'enseignement du français.

Télécharger cet article :

format .pdf (160 Ko)

format .zip (153 Ko)

Une didactique croisée du français langue maternelle et du français langue seconde en milieu ordinaire pour faciliter l'insertion des nouveaux arrivants par Marie Madeleine Bertucci

L'enseignement du français dit langue maternelle (FLM) traverse une "crise", que révèlent tant le malaise des enseignants de français que les difficultés conjointes de l'école et des élèves, et notamment les échecs patents en termes de maîtrise de la langue. Dans ce contexte difficile, le statut du FLM paraît quelque peu ébranlé et l'idée fait son chemin que la didactique du français langue seconde (FLS) pourrait offrir des pistes de réflexion à travers ses démarches et ses méthodes. La finalité de ce décloisonnement entre FLM et FLS serait de faciliter l'accès des élèves à la littéracie en les amenant à la maîtrise d'un français scolaire et, d'une manière plus générale, de ne pas dissocier le FLS d'un enseignement de culture. C'est donc comme langue des apprentissages qu'on proposera d'aborder le FLS, langue de l'accès à la littératie, en sortant des clivages sectoriels, qui structurent le système éducatif. L'enjeu serait donc de procéder à des réaménagements et de préciser la problématique d'une didactique croisée du FLM / FLS.

Mots clés : FLM, FLS, littéracie, langue des apprentissages / de scolarisation, plurilinguisme, crise du français, échec scolaire, insertion sociale et scolaire, politiques linguistiques-éducatives.

Télécharger cet article :

format .pdf (150 Ko)

format .zip (143 Ko)

Cultures d'apprentissage et modes d'appropriation des langues chez des adolescents alloglottes par Fabienne Leconte, Clara Mortamet

En nous appuyant sur la notion de culture d'apprentissage, nous envisageons dans cet article les manières dont de jeunes adolescents récemment arrivés en France ont appris leurs langues. Plus particulièrement, nous explorons l'une des dimensions de ces cultures d'apprentissage, à savoir l'apprentissage oral ou écrit des langues dans le pays d'origine. Dans cette étude, nous testons l'hypothèse selon laquelle, malgré la grande diversité des situations rencontrées, les élèves originaires des pays de l'Est et ceux originaires d'Afrique noire constitueraient des catégories pertinentes, c'est-à-dire que chacune de ces populations seraient moins hétérogènes que différentes l'une de l'autre. L'analyse de nos données confirme dans l'ensemble cette opposition, mais nous amène aussi à la rediscuter et à dégager d'autres pistes de recherche.

Mots clés : migration, plurilinguisme, cultures d'apprentissage, cultures de l'oral / cultures de l'écrit, intégration scolaire

Télécharger cet article :

format .pdf (187 Ko)

format .zip (177 Ko)

Interroger le sens et les enjeux des projets d'appropriation du français langue d'insertion : ouverture d'un champ de recherches interventions par Aude Bretegnier

La réflexion proposée ici s'articule autour de la réflexion sur la prise en compte des histoires d'apprenants de français comme "langue d'insertion", de leurs "histoires de langues" (terme déjà proposé par C. Deprez, 2000), l'histoire de la construction de rapports aux langues ou variétés du répertoire, parmi lesquelles la langue dite cible de l'apprentissage. Il s'agira d'accompagner ces personnes dans leur réflexion sur le sens qu'elles donnent à ce projet d'appropriation linguistique, aux enjeux qui le sous-tendent, à leur positionnement par rapport à lui, à ce qui se joue, d'un point de vue socio-identitaire, à travers ce processus dans lequel ils sont en train de s'engager. Le présent article contient des pistes pour la construction de démarches formatives en français langue d'insertion / intégration, qui reposent sur la mise en œuvre de la réflexivité des apprenants.

Mots-clés : Appropriation linguistique, imaginaire linguistique, insertion, intégration, réflexivité, altérité, compréhension, histoire.

Télécharger cet article :

format .pdf (165 Ko)

format .zip (158 Ko)

Médiateurs culturels et insertion de nouveaux arrivants francophones africains : parcours de migration et perception des rôles par Marianne Jacquet, Danièle Moore et Cécile Sabatier

Au fil des dernières années, le profil démographique des écoles francophones dans les provinces anglophones du Canada s'est profondément modifié. Ces écoles accueillent désormais une population urbaine diverse, aux visages multiples, et aux origines linguistiques et culturelles diversement ancrées. L'article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés garantit le droit à l'éducation en français pour les enfants dont au moins l'un des parents (ou un enfant de la fratrie) a reçu son instruction dans cette même langue. La récente arrivée, en Colombie-britannique (CB) (dans l'ouest du Canada), de familles originaires de différents pays du continent africain bouleverse le fragile équilibre du paysage scolaire. La présente contribution analyse les dynamiques des trajectoires de mobilité (physiques ou symboliques) des différents acteurs impliqués dans le projet d'insertion des jeunes élèves d'origine africaine, d'une part et, d'autre part, l'influence de ces parcours croisés dans la construction et la mise en œuvre d'une compétence de médiation qui se révèle au fil des discours.

Mots clés : mobilité, médiateurs culturels, insertion sociale et scolaire, représentations, compétence de médiation

Télécharger cet article :

format .pdf (218 Ko)

format .zip (207 Ko)

>b>L'accueil scolaire d'élèves nouvellement arrivés en Suisse : tensions entre séparation et inclusion par Christiane Perregaux, Nilima Changkakoti, Valérie Hutter & Myriam Gremion

Nous partons de l'hypothèse que les dispositifs sociopédagogiques d'accueil scolaire des élèves nouvellement arrivés s'inscrivent dans une tension entre séparation et inclusion. Nous illustrerons cette tension par deux dispositifs en place dans l'école genevoise : au primaire, les structures d'accueil et au secondaire, les classes d'accueil. Nous analyserons dans ces deux espaces scolaires comment s'institutionnalisent les rapports entre langues familiales et langue scolaire. A partir des résultats d'une recherche au sujet de l'influence de la scolarisation de l'aîné sur l'acculturation familiale, nous poursuivrons une réflexion sur la nécessité d'un accueil familial organisé qui permette une meilleure compréhension de l'école, de son organisation et de ses enjeux. Mais l'école n'est pas une île et nous terminerons par les discours paradoxaux à l'intérieur de l'école et entre l'école et la société.

Mots clés : migration -accueil scolaire - séparation - inclusion - langue familiale/langue scolaire.

Télécharger cet article :

format .pdf (181 Ko)

format .zip (172 Ko)

Solliciter pour mieux intégrer ? Stratégies enseignantes et mobilisation du répertoire pluriel d'adolescents nouveaux arrivants par Céline Peigné

Les adolescents allophones nouvellement arrivés en France bénéficient de dispositifs d'accueil et de scolarisation diversement organisés, dont l'objectif principal est la maîtrise de la langue de l'école, ainsi que l'insertion dans un cursus de formation. Dans cet article, nous observons la façon dont une nouvelle langue s'intègre à un répertoire, déjà pluriel dans de nombreux cas, à travers une analyse des modalités de prise en compte des compétences construites antérieurement et /ou parallèlement. Nous abordons également la manière dont les acteurs de l'enseignement/apprentissage de cette nouvelle langue (inter)agissent en vue de construire de manière dynamique et constructive des liens entre répertoires et cultures éducatives en présence, entre acquis scolaires et extrascolaires, et, de manière plus générale, entre scolarisation/socialisation en français et acquis antérieurs.

Mots clés : nouveaux arrivants, appropriation, répertoire pluriel, culture éducative, FLS, variation, plurilinguisme, parcours de vie, sollicitation du répertoire.

Télécharger cet article :

format .pdf (183 Ko)

format .zip (173 Ko)

Favoriser le plurilinguisme pour aider à l'insertion scolaire et sociale des élèves nouvellement arrivés (ENA) par Nathalie Auger

Nos précédentes études en classes d'accueil dans les départements du Gard et de l'Hérault ont confirmé les enquêtes de G. Varro (2003) et de F. Lorcerie (2003), concernant les représentations négatives du bilinguisme, notamment pour les élèves issus de milieux défavorisés, ainsi que la peur des interférences avec la langue-culture 1. D'un point de vue plus didactique, les mises en œuvres pédagogiques sont éclectiques et ne répondent pas vraiment aux besoins les plus pressants des élèves, et ce, en raison d'un manque de formation des enseignants. Pourtant, la présence/utilisation des langues d'origine en classe peut se révéler très intéressante et favoriser l'insertion scolaire et sociale tout en respectant les instructions officielles. L'ensemble des acteurs (élèves, enseignants, parents) du système éducatif se trouvent alors mobilisés par ces activités de " comparaison des langues " pour retrouver, partager un lien social prépondérant : le langage.

Mots clés : Représentations, bilinguisme/plurilinguisme, comparaison des langues

Télécharger cet article :

format .pdf (166 Ko)

format .zip (158 Ko)

De " comparons nos langues " à " mobilisons nos ressources " : approche par scénario et insertion scolaire et sociale des enfants allophones par Emmanuelle Huver

Construire une compétence plurilingue et pluriculturelle suppose la mise en œuvre d'activités de conscientisation métalinguistique et métaculturelle, comme le propose le DVD Comparons nos langues. Corollairement, cette construction suppose également la valorisation et la mobilisation simultanée, intégrée, en situation, de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être, construits lors d'activités guidées en classe, mais également de manière informelle et expérientielle. Des tâches (d'apprentissage et/ou d'évaluation) sous forme de scénarios peuvent constituer un élément possible de réponse à cette question, d'une part dans le cadre d'une approche par compétences, et d'autre part dans une perspective d'insertion scolaire et sociale des enfants nouvellement arrivés.

Mots clés : Evaluation, appropriation, compétence langagière, compétence plurilingue et pluriculturelle, réflexivité, école, enfants allophones.

Télécharger cet article :

format .pdf (168 Ko)

format .zip (161 Ko)

Est-ce que ce n'est pas trop dur ? Enjeux et expériences de l'alphabétisation dans un projet de double immersion par Gabriele Budach et Helen Bardtenschlager

Ce texte fait état d'une recherche ethnographique qui a été menée pendant quatre ans au sein d'un projet de double immersion (allemande-italienne) dans une école primaire au centre de Francfort. L'étude mise sur l'approche d'alphabétisation bilingue simultanée et les effets de cette stratégie sur des enfants avec différents répertoires linguistiques et socioculturels. Les résultats de notre recherche montrent qu'une telle approche est stimulante pour l'apprentissage littéracié de tous les enfants, peu importe leur répertoire spécifique, puisqu'elle incite à la découverte et au développement de concepts et de théories sur le fonctionnement de l'écriture en général. La légitimité de ressources multilingues en salle de classe a un impact positif également sur le développement identitaire, notamment chez les enfants issus de minorités linguistiques. Pour les enfants de la majorité allemande, cette expérience permet de connaître un espace scolaire qui valorise d'autres modèles linguistiques et identitaires que celui du monolinguisme.

Mots clés : Sociolinguistique, migration, minorités linguistiques, multilinguisme, éducation bilingue, alphabétisation bilingue, multimodalité

Télécharger cet article :

format .pdf (299 Ko)

format .zip (286 Ko)

 

Dernière mise à jour :

25 janvier 2010

 

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

 
  
Page suivante