Revue de sociolinguistique
en ligne

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

 

Université de Rouen

Laboratoire Dysola


N°27
janvier 2016



Sommaire





   glottopol@gmail.com

 

ISSN : 1769-7425

 
  


Langues des signes. Langues minoritaires et sociétés

Présentation

Sommaire

Téléchargement des articles
Résumés des articles

Présentation par Richard Sabria

Presentación en español

Le présent numéro 27 de GLOTTOPOL fait suite au numéro 7, mis en ligne en 2006, dédié, de façon non exhaustive, aux recherches sociolinguistiques et linguistiques en langue des Signes française [ 1].
Nous avions noté l’importance, en contexte français, de l’activité de recherche dans le processus de reconnaissance scientifique, linguistique et sociale de la LSF. Les recherches en langue et en discours entreprises sur la LSF étaient présentées comme complémentaires dans la mesure où la production de connaissances scientifiques constituait une réponse aux représentations diglossiques historiquement actives dans le processus de relégation linguistique et sociale de la LSF. Nous soulignions alors que l’exercice de préservation de la distance des chercheurs était délicat tant le terrain de la LSF était rendu glissant par des affrontements, des conflits idéologiques, linguistiques et sociaux aspirant les chercheurs dans un positionnement attendu par les acteurs de terrain dans lequel les recherches étaient menées. Engager des recherches de terrain nécessitait d’avoir la connaissance/reconnaissance des acteurs du terrain de recherche, des locuteurs de la LSF pour prétendre recueillir des données authentiques. Ce point constituait l’une des particularités des recherches linguistiques et sociolinguistiques entreprises depuis 1979 [ 2 ] en France. La discrétion des travaux se comprenait dans cette relation dialectique de proximité/éloignement d’un lieu d’investigation où les identités individuelles et/ou collectives s’exprimaient dans des marquages idéologiques clivés, antinomiques.

bouton ht de page

Le numéro 27 fait appel à des contributions internationales. Dans cet espace, aujourd’hui élargi, nous avons souhaité ouvrir le débat à des histoires institutionnelles, à des politiques linguistiques, sociales, passées et présentes. Le projet éditorial accorde également une place aux enjeux sociaux liés à l’éducation qui mobilise un grand nombre d’acteurs, d’usagers sur la question centrale et récurrente de la langue, des langues les plus appropriées à la socialisation des sourds. Les articles qui suivent nous renseignent sur la façon dont ces questions sont appréhendées dans des structures universitaires d’enseignement, de formation, de recherche en France, en Belgique, au Canada, en Colombie.
Les trois premiers articles traitent de l’histoire et de l’évolution des langues signées en France et en Colombie.

bouton ht de page

La notion de variation sera visitée en diachronie sur la question des origines de la LSF que Yann Cantin nomme le noétomalalien français. Dans une approche socio-historique, l’auteur analyse l’importance de Paris, du XVIIe au XVIIIe siècle, dans le processus de diffusion de la LSF. Le manque de documents accessibles en dehors des dictionnaires, principalement monastiques, conduisent l’auteur à formuler des hypothèses sur les origines de la LSF, d’autres langues des Signes dans un lien posé comme ombilical avec le noétomalalien parisien. L’étude « archéologique » des LS initiée par Yann Cantin invite à une dynamique transversale de recherche sur les traces lexicales accessibles. Dynamique dans laquelle historiens, linguistes, sociolinguistes contribueraient, selon Yann Cantin, à l’avancée des connaissances sur l’origine des langues visuelles-gestuelles, sur leur surprenante résilience à traverser les périodes de continuité et de rupture qui ont ponctué et ponctuent leurs histoires et leurs évolutions.

bouton ht de page

La variation lexicale sera ensuite étudiée à partir d’un recensement de Signes effectué à Marseille, Aix en Provence, Avignon par Mélanie Hamm dans une étude sociolinguistique qui nous interrogera sur l’essence même de la LSF. La LSF correspond-elle exclusivement à la variété parisienne ? Quelle est la place de la variation régionale dans la diffusion et l’extension sociale de la LSF ? L’auteure propose une indexation comparative des différences paramétriques entre la variété provençale et la variété parisienne. Les différences, portant sur les degrés et marques d’iconicité, complètent l’observation du démarquage lexical entre les variétés observées. Le développement des créations culturelles, de réseaux de sociabilité en LS favorisent l’expression d’un marquage identitaire régional en rupture avec le schéma diglossique canonique qui confèrerait à la variété parisienne une dominance linguistique dans l’imposition d’usages, essentiellement lexicaux. Sur ce dernier point, Mélanie Hamm s’interroge sur des questions centrales, sources de clivages idéologiques, concernant la transmission et l’acquisition langagière face à la systématisation de l’implantation cochléaire précoce des jeunes sourds. Derrière ce spectre avancé par l’auteure d’une transmission de la LSF en régression, se profile un autre danger, patrimonial, à savoir, l’absence de recueils photographiques ou filmiques de Signes témoins de l’équipement lexical régional.

bouton ht de page

Alex Barreto Muñoz et Camilo Alberto Robayo présentent une tentative de normalisation en cours de la langue des Signes colombienne entreprise en 1999. Cette normalisation porte sur l’équipement lexical qui est l’objet d’une tentative de réforme. Un conflit sur ce projet oppose, au sein de la minorité sourde colombienne, deux associations :
- Fundación Árbol de Vida (FUNDARVID), composée de jeunes militants sourds et interprètes entendants engagés dans une entreprise de révision de l’inventaire lexical actuel de la LSC [ 3].
- Federación Nacional de Sordos de Colombia (FENASCOL), association historique, majoritaire au sein de la minorité sourde colombienne. La FENASCOL est opposée au processus de création et de substitution lexicale initié par la FUNDARVID.
La proposition d’enrichissement de la langue par l’apport de néologismes se fonde sur une volonté de « modernisation » liée à l’extension sociale de la LSC, suite à sa reconnaissance institutionnelle en 1996. Les nouveau-nés lexicaux vont occuper des espaces linguistiques et sociaux jusqu’alors inhabités par la LSC. Les néologismes proposés sont soit des signes correspondant à l’ouverture de la LSC à des domaines spécialisés, soit à un changement du signe actuel expurgé de toute valeur d’échange avec la langue espagnole comme par exemple les initiales alphabétiques. La structuration morphosyntaxique des signes fait également l’objet d’une proposition de démarcation avec la LSC anciennement attestée, notamment dans la combinatoire manuelle, dans les configurations « main dominante/main dominée ». Les auteurs notent l’existence d’un clivage au sein de la communauté sourde entre les partisans/militants d’une « réforme/modernisation » de la LSC et les partisans du maintien d’usages traditionnellement attestés en LSC. La volonté de distanciation évoquée plus haut de la langue espagnole entreprise par FUNDARVID apparait comme un marquage identitaire fort pour la reconnaissance d’une langue des Signes qui ne devrait rien à la structure et aux valeurs de la langue nationale de Colombie, l’espagnol, langue dominante. La normativisation [ 4] engagée sur la LSC pose une question de taille aux chercheurs, aux acteurs de terrain. Qui est habilité à fixer, définir une norme linguistique pour la LSC ? La question se pose pour la LSC comme pour toute langue. Une personne ou un collectif de personnes peuvent-ils normaliser l’usage d’une langue ? Alex Barreto Muñoz et Camilo Alberto Robayo font part d’un dilemme éthique dans l’observation, l’analyse, la contribution du chercheur en contexte de conflit diglossique. La distance du chercheur est questionnée sur un terrain où langue et identité clivent le débat sur l’évolution, le devenir de la LSC.

bouton ht de page

La notion de variation, différemment abordée dans ces trois premiers articles nous rappelle que la variation sociolinguistique observée dans l’évolution des usages en LS s’inscrit historiquement dans une dialectique dynamique de reproduction d’une opposition entre usages langagiers anciennement et nouvellement attestés. Dans les LS, langues minoritaires et minorées, tout nouveau-né lexical, toute tentative de modification structurale nous renseigne sur l’évolution, le changement social, culturel passé ou en cours marquant l’émergence, l’occupation de nouveaux espaces de sociabilité. Derrière la question de la légitimité du signe, de sa création, de son évolution se joue la question de marquages endo et exo groupaux alimentant des représentations diglossiques aspirant les locuteurs des LS.

bouton ht de page

Les trois articles suivants nous amènent sur le terrain de l’école où se croisent, derrière des propositions de méthodes éducatives, des choix de codes et de modalités linguistiques fortement marqués par des politiques éducatives qui tentent d’éviter, dans une stratégie du flou institutionnel, les clivages idéologiques liés au choix de la/des langues d’éducation pour les jeunes sourds.
Saskia Mugnier, Isabelle Estève et Agnès Millet rappellent le clivage historique, idéologique qui oppose les partisans d’une éducation orale et d’une éducation gestuelle pour les jeunes sourds français. Pour les auteures, la guerre idéologique porte sur l’opposition des modalités orale et gestuelle générant des représentations sociales qui opposent des figures identitaires : le « sourd parlant » vs le « sourd gestuel ».
L’affrontement idéologique connait un versant linguistique dans le choix de la/des langue(s) la/les plus appropriée(s) à la socialisation scolaire. Le conflit linguistique, qualifié de pendulaire par les auteures, est servi, alimenté par une succession de mesures législatives contradictoires qui entretiennent un flou sur le statut institutionnel des langues posées en concurrence pour l’éducation des sourds. L’analyse de la succession des textes officiels de la loi d’orientation de 1975 pour une intégration scolaire aux lois sur l’égalité des chances de 2005 pour l’inclusion scolaire montre un changement dans les statuts conférés aux langues d’éducation, notamment à la LSF. Ce changement attesté de statut n’a pas mis un terme au fonctionnement circulaire des représentations diglossiques opposant et hiérarchisant les modalités linguistiques et leurs figures identitaires clivées dans le choix de la/des langue(s) d’éducation. Les auteures concluent sur l’avantage qu’offrirait la prise en compte de la modalité linguistique dans l’éducation des sourds pour sortir des « visions antagonistes, archaïques et dichotomiques » qui freinent une éducation dans la « diversité des langues et des modalités », pour une éducation bilingue bimodale.

bouton ht de page

Magaly Ghesquière et Laurence Meurant présentent les résultats d’une pratique linguistique et pédagogique inaugurée en 2000 à Namur. Une école ordinaire accueille des élèves sourds et malentendants au sein de classes bilingues, selon le principe de l’inclusion scolaire. Ce dispositif de co-enrollment réunit dans un cursus scolaire partagé des élèves sourds, malentendants, entendants. Langues parlée et signée sont utilisées par une équipe pédagogique mixte composée d’un enseignant ordinaire et d’un enseignant spécialisé.
Dans une première partie, les auteures rappellent le contexte socio-historique, politique ayant présidé à l’émergence des classes bilingues selon un modèle unique dans la Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique. Ensuite, Magaly Ghesquière et Laurence Meurant explicitent les principes fondamentaux du type de bilinguisme pratiqué et de la pédagogie bilingue mise en pratique. Elles actualisent la notion de « translangage », empruntée à Swanwick (2015) pour caractériser l’alternance constante entre les langues (le français – la LSFB [ 5]), articulée aux enseignements. Pour les auteures, l’alternance des langues n’est pas à confondre avec des pratiques appelées « bimodales », « multimodales » ou de « communication totale » utilisées fréquemment entre des adultes entendants et des enfants sourds, et qui consistent à ponctuer la langue orale de quelques signes empruntés à la langue signée et/ou de quelques clés empruntées à un système d’aide à la lecture labiale. Ces pratiques sont des moyens de communication utilisant de manière simultanée des outils et des composantes de langues différentes. Elles ont pour but unique de soutenir la compréhension et l’expression de la langue orale auprès de l’enfant sourd.
En dernière partie, afin d’illustrer l’existence d’une triple relation entre les deux langues, à statut égal, et les matières scolaires, des séquences d’apprentissage de mathématiques illustrent le propos. L’intitulé de l’article, dans une métaphore filée, compare la pédagogie bilingue, décrite dans la contribution, à un ouvrage de broderie dont la partie extérieure, visible affiche la netteté et la simplicité des motifs mais dont le verso n’est que complexité et enchevêtrement de liens tissés entre langues, savoirs et compétences.

bouton ht de page

Stéphanie Luna et Anne-Marie Parisot, dans une approche sociolinguistique « classique », étudient la situation particulière des usagers de la LSQ [ 6], langue qui a connu des contacts avec d’autres langues des signes (LSF, ASL [ 7], BSL [ 8]) et avec le français via les méthodes éducatives différenciées en vigueur dans les institutions scolaires confessionnelles de 1850 à 1960. L’enseignement, avant 1960, n’étant pas mixte, l’éducation des élèves filles était assurée par des religieuses au couvent. Les élèves garçons recevaient une éducation au sein d’un collège. Dans les deux cas les élèves oralisant(e)s et signeur(e)s étaient séparé(e)s. Au couvent la méthode d’éducation orale était privilégiée, valorisée ; les élèves signeures utilisaient l’ASL. Au collège les cours avaient lieu en LSF. Les auteures ont mené une analyse comparative de productions de personnes sourdes âgées de 60 ans et plus, intégrant des variables sociales telles que l’environnement familial, la langue de socialisation scolaire, l’âge d’occurrence de la surdité, le sexe. Elles se proposent de vérifier si la méthode oraliste a eu un impact sur la production linguistique de personnes sourdes ainées signeures. Elles se demandent si leur pratique de la LSQ intègrera des productions orales (fréquence, type, nature) selon qu’elles étaient à l’époque dans un groupe oralisant ou signant, selon la répartition des genres dans les institutions scolaires. Stéphanie Luna et Anne-Marie Parisot traitent les données recueillies dans une analyse distributive des oralisations par classe grammaticale du signe (nom, verbe, adjectif), par nature de l’oralisation (lexicale vs syntaxique), par apport sémantique de l’oralisation (redondante vs complémentaire). Enfin les variables linguistiques sont croisées avec les variables sociales pour confronter les hypothèses initiales liées à l’oralisation observable chez les personnes sourdes ainées locutrices de la LSQ.

bouton ht de page

Les trois articles dédiés à l’éducation confirment le poids de l’héritage historique sur les actuels modèles éducatifs des sourds en France, en Wallonie, au Québec. En France, la succession de cadrages législatifs, institutionnels contradictoires n’ont pas mis un terme au conflit linguistique mais l’ont chronicisé, exacerbé avec pour conséquence le constat persistant d’un fort taux d’échec scolaire. Nous retrouvons, en domaine Wallon, l’incohérence du cadrage politique puisque le cadre sur lequel s’appuie les auteures pour une expérience bilingue selon le principe pédagogique de l’immersion n’est envisagé par le législateur que jusqu’à l’âge de 14 ans. Avec l’immersion, la question du handicap est décentrée au profit d’un bilinguisme qui prend en compte la biculturalité. Les cultures liées aux langues constituent alors un élément clef de la réussite du projet bilingue. Au-delà de 14 ans un changement de cadrage institutionnel s’opère, passant du principe de l’immersion à celui de l’intégration. La politique d’intégration rétablit la question du handicap dans une régression pédagogique, où les jeunes sourds redeviennent usagers d’un traitement médico-social de la surdité. Le contexte sociolinguistique et historique québécois, étudié dans l’article, est particulièrement intéressant puisqu’il montre la diversité des choix éducatifs hérités d’avant 1960, en lien avec trois langues, le français, la LSF, l’ASL. Un rapport s’est instauré, hiérarchisant les langues d’éducation dans ce qui pourrait être une « triglossie ». Derrière l’hypothèse de recherche de la trace linguistique marquée de l’éducation oraliste en LSQ, surgissent d’autres hypothèses qui ne sont pas directement l’objet de la contribution de Stéphanie Luna et Anne-Marie Parisot, à savoir : Quand et comment la LSQ a-t-elle émergé de ce contexte historique « triglossique » ? Comment les ainé(e)s, locuteurs/locutrices de l’ASL, de la LSF, du français sont devenu(e)s locuteurs/locutrices de la LSQ après 1960 ?
Dans les trois articles, des représentations négatives affectent les LS auprès des pédagogues, des parents d’enfants sourds. Nous retrouvons des stéréotypes récurrents posant que l’apprentissage d’une LS nuirait à l’apprentissage du français ou que les LS seraient contagieuses si les enfants les utilisaient par facilité. La régression scolaire sanctionnerait leur usage signé.

bouton ht de page

Le processus diglossique affectant les représentations et valeurs des LS est actualisé dans l’article de Pierre Schmitt, qui, dans une perspective ethnographique, se propose d’analyser les mises en scène contemporaines de la langue des signes et de ses locuteurs dans les médias. L’analyse évoque la place des interprètes entendants et sourds dans un lien ombilical aux langues des signes et à leurs statuts sociolinguistiques. L’auteur, en comparant différents contextes d’énonciation relevant de la médiatisation de la langue des signes, met en œuvre un modèle transversal d’analyse sémiotique de l’espace occupé par la langue des signes et ses locuteurs sur la scène et sur les écrans. Ce modèle permet à Pierre Schmitt d’aborder les tensions et confusions pouvant exister entre la perception de la langue des signes comme dispositif d’accessibilité et comme langue d’expression et de création. De la prison du médaillon aux mises en scène égalitaires, d’un dispositif d’accessibilité à destination d’une minorité handicapée à un espace de valorisation d’une langue minoritaire et de ses locuteurs, ce sont les (re)présentations de la langue des signes et de ses locuteurs que l’article nous invite à distinguer et à analyser. L’auteur se demande quelles peuvent être les justifications et représentations de la langue des signes et de ses locuteurs, et des enjeux de l’interprétation, dans un cadre médiatisé, artistique ou politique, lorsque cette langue est prisonnière d’un médaillon en bas de l’écran. Ainsi, la question de la mise en scène contemporaine de la langue des signes et de ses locuteurs dans le champ artistique et médiatique dépasse de loin la réflexion esthétique. Son enjeu est autre : les conditions de la participation sociale des sourds à travers leurs rôles d’artistes, de comédiens, d’interprètes et de (télé)spectateurs.

bouton ht de page

Ce que l’on fait de – et à – la langue des signes et ses locuteurs dans les médias et sur les scènes artistiques ne constitue pas un simple reflet du traitement des sourds dans la société. C’est la mise en œuvre, l’incarnation dans des pratiques, de représentations et valeurs.
L’histoire des interprètes est liée à celle des sourds, à la reconnaissance des LS, à l’espace social qui leur est conféré. La formation des interprètes ne peut s’envisager sans participation, sans apport de locuteurs/experts des LS. Dans l’article qui suit, la production langagière des signeurs sourds de la LSQ est prise en compte comme modèle discursif dans l’étude de la référence. Suzanne Villeneuve et Anne-Marie Parisot proposent une description des procédés d’activation et de suivi de la référence dans un discours interprété en LSQ. En hypothèse initiale, elles s’interrogent sur ce que font les interprètes pour activer les référents et les réactiver. Elles présentent une description de la distribution des marques d’association spatiale dans le discours interprété permettant l’encodage des liens référentiels en comparant cette distribution des marques référentielles à celle de signeurs sourds, étudiée en contexte discursif.
Dans un premier temps, les auteures utilisent des corpus de discours interprétés, spontanés pour comparer les stratégies spatiales mises en œuvre dans des discours signés par des interprètes à celles de signeurs sourds pour introduire un référent ou renvoyer à un antécédent. Dans un deuxième temps, les différences de marques d’association spatiale pour la référence et l’anaphore sont présentées en regard de l’expertise en interprétation (débutants et experts). Dans un troisième temps, les résultats sont discutés en regard du contexte pragmatique de l’interprétation et des contraintes de contraste et d’économie articulatoire de Lindblom (1963 ; 1990). L’analyse finale permet de proposer des pistes pour la formation des interprètes.

bouton ht de page

[1] Langue des Signes française désormais LSF.

[ 2] 1979, premiers travaux de Cuxac.

[ 3] LSC Langue des Signes Colombienne. Les auteurs préfèrent l’usage de minuscules, lsc, pour éviter toute confusion avec la Langue des Signes Catalane.

[4] « Normativisation, élaboration d’une codification linguistique avec tout ce que cela sous-entend (élaboration d’une grammaire référentielle, développement de registres nouveaux, création de nomenclatures nouvelles… » (Kremnitz G., 1981 : 69).

[ 5] la langue des Signes de Belgique francophone désormais LSFB.

[6] LSQ : Langue des Signes québécoise.

[7] ASL : American Sign Language, langue des Signes américaine.

[ 8] BSL : British Sign Language, langue des Signes britannique.

 

bouton ht de page

Bibliographie

DELAMOTTE R., SABRIA R., 2010, « Distance dans l’enseignement et enseignement à distance d’une langue visuelle-gestuelle », Distances et savoirs, 3/2010 (Vol. 8), pp. 425-445.
HUTTER C., 2011, La variation linguistique en Langue des Signes Française, thèse de doctorat, Université de Rouen.
KREMNITZ G., 1981, « Du bilinguisme au conflit linguistique. Cheminement de termes et de concepts », dans Langages, n° 61, pp. 63-74.

Sommaire

Richard Sabria : Présentation

2

Yann Cantin : Des origines du noétomalalien français, perspectives historiques

8

Mélanie Hamm : Langue des signes à Marseille

20

Alex Giovanny Barreto Muñoz et Camilo Alberto Robayo  : Neologismos en lengua de señas colombiana (LSC) : Desafíos entorno a la planificación lingüística en comunidades sordas.

65

Saskia Mugnier, Isabelle Estève et Agnès Millet : Dynamique du contexte sociolinguistique de la surdité en France : entre changement(s) et circularité.

81

Magaly Ghesquière et Laurence Meurant : L’envers de la broderie. Une pédagogie bilingue français-langue des signes

95

Stéphanie Luna et Anne-Marie Parisot : Méthodes d’enseignement institutionnelles québécoises : effets sur la production d’oralisations en LSQ chez les ainés sourds

112

Pierre Schmitt : Sourds et interprètes dans les arts et médias : mises en scène contemporaines de la langue des signes.

130

Suzanne Villeneuve  et Anne-Marie Parisot  : Procédés d’activation et de suivi de la référence dans un discours interprété en langue des signes québécoise.

141

Compte-rendus

par Amandine Denimal : Didactique du plurilinguisme, approches plurielles des langues et des cultures. Autour de Michel Candelier, 2013, sous la direction de Christel Troncy et avec le concours de Jean-François De Pietro, Livia Goletto et Martine Kervran. Presses universitaires de Rennes, 511 pages.

164

par Véronique Miguel Addisu : Violence verbale et école, 2014, sous la direction de Nathalie Auger et Christina Romain, L’Harmattan, collection Enfance et Langages, Paris, 268 pages.

168

Téléchargement des articles

Aide et conseils pour le téléchargement

Langues des signes; Langues minoritaires et société

Téléchargement de l'ensemble du numéro

.pdf

(8625 Ko)

.zip

(8150 Ko)

Présentation par Richard Sabria

.pdf

(70 Ko)

.zip

(54 Ko)

Des origines du noétomalalien français, perspectives historiques par Yann Cantin

résumé

.pdf

(258 Ko)

.zip

(215 Ko)

Langue des signes à Marseille par Mélanie Hamm

résumé

.pdf

(2811 Ko)

.zip

(2442 Ko)

Neologismos en lengua de señas colombiana (LSC) : Desafíos entorno a la planificación lingüística en comunidades sordas par Alex Giovanny Barreto Muñoz et Camilo Alberto Robayo

resumen / résumé

.pdf

(734 Ko)

.zip

(682 Ko)

Dynamique du contexte sociolinguistique de la surdité en France : entre changement(s) et circularité par Saskia Mugnier, Isabelle Estève et Agnès Millet

résumé

.pdf

(405 Ko)

.zip

(357 Ko)

L’envers de la broderie. Une pédagogie bilingue français-langue des signes par Magaly Ghesquière et Laurence Meurant

résumé

.pdf

(414 Ko)

.zip

(324 Ko)

Méthodes d’enseignement institutionnelles québécoises : effets sur la production d’oralisations en LSQ chez les ainés sourds par Stéphanie Luna et Anne-Marie Parisot

résumé

.pdf

(246 Ko)

.zip

(195 Ko)

Sourds et interprètes dans les arts et médias : mises en scène contemporaines de la langue des signes par Pierre Schmitt

résumé

.pdf

(114 Ko)

.zip

(78 Ko)

Procédés d’activation et de suivi de la référence dans un discours interprété en langue des signes québécoise par Suzanne Villeneuve et Anne-Marie Parisot

résumé

.pdf

(769 Ko)

.zip

(635 Ko)

Compte-rendus

   

Didactique du plurilinguisme, approches plurielles des langues et des cultures. Autour de Michel Candelier, 2013, sous la direction de Christel Troncy et avec le concours de Jean-François De Pietro, Livia Goletto et Martine Kervran. Presses universitaires de Rennes, 511 pages. par Amandine Denimal

.pdf

(43 Ko)

.zip

(31 Ko)

Violence verbale et école, 2014, sous la direction de Nathalie Auger et Christina Romain, L’Harmattan, collection Enfance et Langages, Paris, 268 pages. par Véronique Miguel Addisu

.pdf

(40 Ko)

.zip

(27 Ko)

Résumés

Des origines du noétomalalien français, perspectives historiques par Yann Cantin

La question de l’origine de la langue des signes français se pose de façon criante quand on songe à son statut de « langue-mère » pour la plupart des noétomalalies qui en sont issues comme l’American Sign Language. Par conséquent, une étude sur ses origines permet d’entrevoir le processus du développement linguistique et social de la communauté sourde parisienne jusqu’à la fondation de la petite école de l’abbé de l’Epée en 1759. Ainsi, la question des origines linguistiques de la communauté va de pair avec sa place au sein de la société française depuis le milieu du Moyen-Age.

Mots-clés : Sourds, communauté, langue des signes, histoire, origines, archéologie linguistique, société

 

Télécharger cet article :

format .pdf (258 Ko)

format .zip (215 Ko)

Langue des signes à Marseille par Mélanie Hamm

On observe de nombreuses variations régionales dans la langue des signes française. Est-ce un phénomène particulier, issu d’un contexte spécifique ? Qu’est-ce que la « LSF » ? Comment évolue cette langue, qui n’est ni orale ni écrite ? En nous appuyant sur un recensement de quelques signes de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, nous relevons des variantes d’un même signe, parfois minimes (un seul paramètre change d’un signe à l’autre), des variantes plus significatives (deux paramètres changent au moins), des différences remarquables et de nombreux signes qui semblent spécifiques à la ville de Marseille. Ces variations régionales révèlent des ressources et des richesses uniques… mais comment les faire « entendre » ?

Mots clés : LSF, variations régionales, Marseille et culture méditerranéenne.

 

Télécharger cet article :

format .pdf (2811 Ko)

format .zip (2442 Ko)

Neologismos en lengua de señas colombiana (LSC) : Desafíos entorno a la planificación lingüística en comunidades sordas par Alex Giovanny Barreto Muñoz et Camilo Alberto Robayo

Resumen : En Colombia existe una polémica explicita sobre cómo deberían crearse nuevas palabras (neologismos) en la lengua de los sordos. Estas tensiones enfrentan a un movimiento militante de sordos jóvenes, la Fundación Árbol de Vida (minoritario dentro de la minoría de sordos), con la paternalista y tradicional Federación Nacional de Sordos de Colombia (Fenascol). El presente artículo expone brevemente la problemática y se presenta una reflexión etnográfica sobre las tensiones y negociaciones éticas inherentes al trabajo de campo con la comunidad de sordos en esta  situación.
Palabras Clave: Neologismos, Lengua de señas colombiana, sordos, planificación lingüística

Résumé : La Colombie est le terrain d’une controverse explicite sur la façon dont de nouveaux signes (néologismes) devraient être créés dans la langue des sourds. Ces tensions opposent le mouvement militant des sourds, la Fondation Arbre de Vie (FUNDARVID), minoritaire dans la minorité des sourds et le protectionnisme de la traditionnelle Fédération Nationale des Sourds de Colombie (FENASCOL). Dans cet article, sont présentés : un bref exposé du problème et une réflexion ethnographique sur les tensions et les négociations éthiques propres au travail de terrain dans ces circonstances et parmi ces groupes.
Mots clés : néologismes, langue des signes colombienne, sourds, planification linguistique

Télécharger cet article :

format .pdf (734 Ko)

format .zip (682 Ko)

Dynamique du contexte sociolinguistique de la surdité en France : entre changement(s) et circularité par Saskia Mugnier, Isabelle Estève et Agnès Millet

Le cadre législatif autour de la LSF a connu, au cours de ces dernières années, un nombre conséquent de changements : spécialement les applications de la loi de 2005 – avec en position phare, la reconnaissance officielle de la LSF et les implications sociales et éducatives qui en découlent. Il s’agit plus précisément, dans le cadre de cette présentation, d’analyser et de mesurer les intrications entre sphère institutionnelle et terrain en abordant trois dimensions très étroitement imbriquées :
- comprendre la construction historique des représentations sociales de la surdité en France en glosant brièvement les époques phare de cette construction ;
- appréhender les politiques linguistiques et les politiques du handicap ainsi que leurs évolutions les plus récentes et leurs liens avec les représentations majoritaires ;
- envisager, les perspectives de changements possibles à travers l’analyse des moteurs et des freins qui, au sein de l’espace social, constituent des éléments de blocage au plurilinguisme bimodal sourd ou le favorisent, que ces « freins et moteurs » émanent d’institutions, d’usagers de ces institutions ou d’acteurs de terrain.

Télécharger cet article :

format .pdf (405 Ko)

format .zip (357 Ko)

L’envers de la broderie. Une pédagogie bilingue français-langue des signes par Magaly Ghesquière et Laurence Meurant

Le modèle d’enseignement bilingue adressé aux enfants sourds et malentendants au sein de l’école ordinaire Sainte-Marie à Namur (Belgique) correspond à ce qui est désigné dans la littérature anglophone comme un programme de co-enrollment : des groupes d’enfants sourds sont inclus dans des classes d’enfants entendants et reçoivent un enseignement en langue des signes et en français. Ce dispositif accueille des enfants aux profils linguistiques hétérogènes ; il implique des parents (sourds et entendants) qui ont des relations diverses au français et à la langue des signes ; il vise à articuler de manière éthiquement et pédagogiquement fondée les diversités et les similarités entre élèves et enseignants.
À partir de la description du contexte politique, humain et linguistique qui fonde ce programme d’enseignement, cet article propose une formalisation des spécificités du bilinguisme et de la pédagogie bilingue qui découlent de ce terreau sociolinguistique particulièrement original. Ce travail de formalisation est issu de l’expérience du terrain et vise, en retour, à enrichir et à améliorer les pratiques pédagogiques des enseignants.

Mots clés : langue des signes, langue des signes de Belgique francophone (LSFB), français, surdité, enseignement bilingue, co-enrollment

Télécharger cet article :

format .pdf (414 Ko)

format .zip (324 Ko)

Méthodes d’enseignement institutionnelles québécoises : effets sur la production d’oralisations en LSQ chez les ainés sourds par Stéphanie Luna et Anne-Marie Parisot

L’étude des causes et des effets des changements linguistiques en regard de variables linguistiques et sociales a permis de décrire les différences linguistiques entre les groupes sous l’influence de facteurs environnementaux (Moreau, 1997). Dans le cas de la situation de la langue des signes québécoise (LSQ), des contacts avec d’autres langues des signes et avec le français, notamment via les méthodes éducatives utilisées dans les institutions religieuses de 1850 à 1960, ont été décrits (Perreault, 2006). Nous présentons une analyse comparative de productions de sourds âgés (60 ans et plus) en considérant l’impact de variables sociales (fratrie sourde, méthode d’enseignement, séparation des groupes en fonction du sexe) sur l’oralisation. Les résultats aux tests statistiques (tableaux croisés, khi-carré) montrent une différence statistiquement significative quant à la fréquence de productions d’oralisation chez les participants ayant reçu une éducation oraliste en comparaison au groupe signant.

Mots clés : Contacts linguistiques, Langue des signes québécoise, oralisme, Méthodes éducatives institutionnelles, Oralisation

 

Télécharger cet article :

format .pdf (246 Ko)

format .zip (195 Ko)

Sourds et interprètes dans les arts et médias : mises en scène contemporaines de la langue des signes par Pierre Schmitt

La présence médiatique de la langue des signes tend à se banaliser, notamment sur internet et les “réseaux sociaux”. Les enjeux sociolinguistiques de cette médiatisation invitent à la réflexion quant à la participation sociale des sourds locuteurs de langues gestuelles. Entre bord de scène et médaillon, discours politiques et concerts, les mises en scène des langues et de leurs locuteurs illustrent également une tension, voire une confusion parfois évidente, entre démarche d'accessibilité et dimension artistique et créative. À partir de l'étude d'un certain nombre de buzz (Superbowl, interventions du maire de New York, hommage à Nelson Mandela, Eurovision) et d'exemples de pratiques artistiques (théâtre, musique), à la rencontre de ses visages publics (Amber Zion, Jonathan Lamberton, Lydia Callis, Holly Maniatty...), cet article se propose d'analyser les conditions de présence de la langue des signes et de ses locuteurs, sourds, entendants, artistes, interprètes, sur nos scènes et nos écrans.

Mots clés : sourds, interprètes langue des signes / français, médias, théâtre, langue des signes, accessibilité, ASL.

Télécharger cet article :

format .pdf (114 Ko)

format .zip (78 Ko)

Procédés d’activation et de suivi de la référence dans un discours interprété en langue des signes québécoise par Suzanne Villeneuve et Anne-Marie Parisot

Considérant que les productions interprétées nécessitent des adaptations linguistiques permettant de contrôler le traitement simultané de deux langues (Villeneuve et Parisot, 2008; Riccardi, 2005; Villeneuve 2006) et que le marquage de la référence nécessite une activité cognitive complexe composée d’activation, de réactivation et de maintien linguistique d’un référent (Schwarz-Friesel et Consten, 2011), nous proposons dans cet article une description des procédés d’activation et de suivi de la référence dans un discours interprété en langue des signes québécoise (LSQ). Plus spécifiquement, nous présenterons une description de la distribution des marques d’association spatiale dans le discours interprété permettant l’encodage des liens référentiels et nous comparerons cette distribution des marques référentielles à celle de signeurs sourds, dont il a été montré que l’utilisation des marques varie selon que la référence est marquée en contexte discursif ou en contexte de phrases isolées (Parisot et Rinfret, 2009).

Mots clés : Interprétation, langue des signes québécoise, référence anaphorique, accessibilité, association spatiale

Télécharger cet article :

format .pdf (769 Ko)

format .zip (635 Ko)

 

 

 

Dernière mise à jour :

15 février 2016

 

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

GLOTTOPOL

 
  
Page suivante